Blog de l'ASBL ICODI du Sud-Kivu (RDC)

ICODI ASBL - Bienvenue

 

Bienvenue sur le Blog de l'asbl ICODI

Vous découvrirez sur ce blog qui nous sommes et quels sont nos objectifs.
Nous vous parlerons de nos réalisations mais aussi et surtout de nos projets.
Si vous souhaitez contribuer à la réussite de ces projets, vous trouverez  une page "Comment aider ?".
Enfin, nous sommes à l'écoute de vos questions, remarques, suggestions et même... de vos critiques.

Merci de votre visite et à bientôt. 

Les pages ont été lues par des visiteurs venant de :

Belgique  République démocratique du Congo Allemagne Russie, fédération de  France États-unis Suisse Maurice Canada Haïti Algérie Suède
Afrique du sud Burundi Royaume-uni Italie  Côte d'ivoire Autriche Bénin Togo Madagascar Tunisie Polynésie française Roumanie

 pour info : tamtam_1310@yahoo.fr

 


Blog créé et géré par l'
LETTRAGE_ASC_bordeaux
"pour que ce lieu devienne un Ilôt de Paix"

(c) fernand.feyaerts@yahoo.fr


Répertoire des blogs gérés par Solidarité Congo :
http://congoblog.canalblog.com


  NOËL 2017

5728eb33-e825-4b7f-9362-b373ac1467d5

Pour que le Congo retrouve vite la Paix...
une Paix fondée sur le respect mutuel...


 

Posté par icodi_master à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 décembre 2013

Comment aider ?

Vous voulez prendre contact ou aider ICODI ?

1° - prendre contact :

ICODI

Siège Social à KARANDA
Groupement de BUGORHE
Territoire de KABARE
Province du SUD-KIVU
République démocratique du Congo
Email :
icodiasbl@yahoo.fr
Tél. : +243990592333

2°- aider financièrement :

Compte bancaire : 33070141001-29
Banque Internationale pour l'Afrique au Congo (BIAC)
Code SWIFT : BBRUBEEE


 

 

Posté par icodi_master à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2013

Projet "genre" à Walungu et Kabare

ICODI ASBL - Projet "Genre" (1)

Est-il possible d'introduire des aspects de genre
dans les Territoires du Sud-Kivu ?

Oui ! c'est possible avec le renforcement
du pouvoir et de l'avoir de la femme paysanne !...

Photo_1

Démonstration par un projet concret dans les
Territoires de Walungu et de Kabare au Sud-Kivu :
 

CONTEXTE DE LA FEMME EN RDC

L'analyse du contexte actuel en République Démocratique du Congo  fait état  d’une évidente persistance de déséquilibre lié au genre  dans tous les domaines; économique,  social, culturel et au développement politique. Les femmes congolaises constituent 53% de la population: leur visibilité et leur contribution à la sécurité alimentaire pour la survie et le bon fonctionnement de la société congolaise est indéniable et reconnu à l’international.

Cependant, les études et les investigations récentes prouvent que la position de la femme congolaise dans plusieurs domaines de la vie provinciale et nationale demeure préoccupante, le taux de participation à cette dernière étant de loin inférieure en comparaison à celui de l’homme. La participation des femmes à la prise de décision, aussi bien qu'aux ressources et aux facteurs de production économiques nationaux demeure très limitée. La situation s’est détériorée pendant ces  dernières années suite aux effets malheureux causés par des guerres à répétition, et l’actuelle insécurité persistante.

En effet, 61.2% de femmes congolaises vivent sous le seuil de la pauvreté contre 51.3% d’hommes, alors que 44% de femmes n’ont pas accès à l'opportunité d‘ordre économique.

En outre, en République Démocratique du Congo, la situation de violence liée au genre -en particulier la violence domestique axée sur les femmes et les  jeunes filles- reste très inquiétante. Les données nationales collectées sur diverses formes de violence contre les femmes (VAW) démontrent comment elles sont dues en majeure partie au sous-développement (humain, économique, social et infrastructurel). Ces statistiques montrent comment les femmes sont vulnérables, et elles illustrent de nombreux abus commis par les hommes sur les femmes en raison de la position dominante qu’occupent les hommes dans la société et la marginalisation des femmes en République Démocratique du Congo.

OBJECTIFS  DU PROJET

Ce projet vise à  augmenter la sensibilité à une large gamme des questions relatives au genre, au niveau personnels, interpersonnel, institutionnel, et communautaire ; Développer une compréhension des concepts  de base et des approches pour analyser les rôles, les rapports, et les situations dans une perspective de genre ; Améliorer les compétences d’analyse et de contrôle des rôles, des rapports, et des situations en fonction du genre  et Formuler des stratégies pour incorporer des considérations liées au genre dans la conception, la planification, l’exécution, le suivi, et l’évaluation des projets à caractère communautaire, et dans la structure, les principes, et la gestion des institutions.

IMPACT DU PROJET APRES 1 ANNEE

Il faut dire que les discussions et les théâtres participatifs sur les aspects liés au genre au profit des mamans leaders, fermiers leaders, jeunes leaders, chefs coutumiers et leaders religieux ont  suscité la conscience des communautés par rapport aux relations entre les hommes et les femmes, et entre filles et garçons.

Pour illustrer notre expérience, nous préférons vous parler d’une activité agricole commune que les hommes et les femmes ont réalisé en 2012.

Nous parlons ici du jardin potager qui se trouve à NYACIBAMBA dans le groupement de BUGORHE, territoire de KABARE à 41 KM de la ville de BUKAVU. Ce jardin a été créé sous l’initiative d’ICODI (Initiative Communautaire pour le Développement Intégral) et est entretenu par 80 membres de nos groupes de discussion sur les aspects liés au genre dont 40 femmes et 40 hommes.

Photo_2

Ce jardin se trouve dans un marais où les membres des groupes de discussion sur les questions liées au genre avaient créé des canaux pour diminuer la quantité d’eau tout en irrigant la partie non desservie en eaux afin qu’ils aient un espace spacieux à cultiver car pour eux, même si ICODI renforce la capacité des femmes et des hommes  à travers les séances de conscientisation et que si les femmes n’ont pas accès aux ressources, il sera très difficile de promouvoir les aspects liés au genre.

Photo_3

Dans ce jardin, les membres des groupes de discussion sur les questions liées au genre y cultivent :  choux, haricots, oignons  et tomates très demandés sur les marchés locaux (Katana, Kavumu, Mudaka  et Muhanzi à Bukavu) et dans les camps des militaires de la Monusco).

Le jardin potager a une superficie de 3 ha où les femmes et les hommes membres des groupes de discussion sur les questions liées au genre avaient produit 2 tonnes de haricost, 1 tonne des tomates, 849 kg d’oignons et 15 sacs de choux (1 sac = 130 choux). Aux marchés les prix se présentaient comme suit  vers novembre-décembre 2012 : 1 kg de haricots : 1,25 $ ; 1 kg de tomates : 2,1 $ ; 1 kg d’oignons : 1,6 $ et 4 choux :0,5 $ (le sac pour 17,6$). D’où, après récolte, le groupe avait eu 6.323 $ soit +/- 79 $ par membre après 3 mois, pour une femme qui a un revenu de moins de 2 $ par jour. L’argent que la femme gagne aide dans le paiement des frais scolaires de ses enfants, dans l’alimentation au niveau du ménage et dans le paiement des soins. Ceci a permis aux femmes membres des groupes de discussion d’avoir une certaine considération de la part de leurs maris, qui acceptent désormais de consulter leurs femmes avant la prise d’une décision quelconque, d’une manière particulière dans l’affectation des revenus.

Photo_4

Le résultat de cette activité commune a permis aux femmes membres des groupes de discussion de proposer aux hommes membres du groupe et autres membres de leurs communautés de créer des AVEC (Association Villageoise d’Epargne et de Crédit) pour cette année 2013 comme ils n’ont pas accès à des services de micro finance. Ces AVEC auront pour mission d’introduire la notion de l’épargne au sein de la communauté et de financer les petits projets des membres via les petits crédits et cela sans taux d’intérêt.

Photo_5

Cette expérience montre comment à travers un jardin potager il est possible  d’amener l’homme et la femme à comprendre qu’ils peuvent travailler ensemble dans le but d’améliorer leur condition de vie sociale et économique. Mais aussi nous comprenons que l’introduction des aspects genre dépend tout d’abord de l’accès des femmes à la gestion des ressources et  à sa participation dans la prise de décision et au paiement des factures au sein du ménage. Un mari paysan témoigne d'une certaine considération à la femme qui assume aussi des responsabilités au sein du ménage.

 

  A titre d'exemple des réalisations de l'ASBL ICODI, le "post" ci-dessous Projet genre à Walungu, en images donne de nombreuses illustrations de ce qui est en cours de réalisation à Mukama dans le Territoire de Walungu


 

Posté par icodi_master à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 août 2013

Projet "genre" à Walungu, en images

 ICODI ASBL - Projet "Genre" (2)

ILLUSTRATION DU PROJET
GENRE-AGRICULTURE A MUKAMA (WALUNGU)

 

Ici nous sommes dans le territoire de WALUNGU, au village de MUKAMA.

Les photos illustrent :

- la formation des femmes et des hommes aux problèmes du genre ;

- la formation des acteurs qui auront pour rôle de conscientiser les communautés sur l'importance du genre dans la lutte contre la pauvreté ;

- des séances de théâtre sur la place du village, destinées à sensibiliser la population aux problèmes qui rongent leur communauté.

Cours théoriques de sensibilisation :

DSCN0085 DSCN0105

DSCN0291 DSCN0341

 

Exercices pratiques de sensibilisation

 

DSCN0273  DSCN0231

 DSCN0242   DSCN0320

Suite à ce travail "sur le terrain", un premier point très positif est à souligner : les hommes et les femmes touchés par cette sensibilisation, bien que sans appui financier extérieur quelconque, développent déjà des activités génératrices de revenus... Et cela, malgré différentes difficultés.

Ces revenus sont obtenus par la culture du manioc et le jardin des choux, oignons, céleris, haricots, maïs, courges  et les bananiers, comme illustré par les photos ci-dessous. On y voit les femmes préparant leurs plates-bandes et récoltant leurs produits, y compris des semences pour pouvoir étendre leurs futures cultures.

Des résultats très concrets ...

 

DSCN0132r DSCN0141r

DSCN0147r DSCN0151r

Les communautés ont aussi fait des pépinières d’arbres pour lutter contre les éboulements des montagnes (phénomène d'érosion) dans leurs différentes zones, mais aussi contre une déforestation qui a déjà des conséquences graves et à long terme sur leurs saisons culturales, suite à des perturbations climatiques.

Ci-dessous, exemple d'érosion due à la déforestation et plants en pépinières dont plusieurs destinés au reboisement.

DSCN0329r DSCN0352r

DSCN0357r DSCN0375r

DSCN0377r DSCN0379r

 

Exemple dans le Territoire de Walungu :

des actes et des actions...

 

Les photos ci-dessous montrent les différentes étapes des actions entreprises pour arriver aux résultats illustrés ci-dessus. Un oeil avisé remarquera le professionnalisme avec lequel ces travaux sont exécutés. Et on appréciera l'impact très positif du projet sur l'environnement, la santé et le confort de vie : par exemple, l'assainissement du marais qui entraine une nette diminution de la prolifération des insectes parasites, ou encore le captage des sources qui permet de disposer de cette arme essentielle et toute simple contre les maladies qu'est l'eau propre, ou aussi la construction de latrines répondant aux exigences de l'hygiène et donc de la santé en général...

La mise en oeuvre de ces nombreux facteurs de progrès est possible grâce à la collaboration, à la coopération (oeuvrer ensemble), des hommes et des femmes, sans aucune distinction de genre, chacun selon sa force et ses moyens, mais toujours au bénéfice de toute la communauté.

marrais d+®j+á drainner

Le marais à drainer

SAM_2246

SAM_2500 SAM_2523 SAM_2524

drainage des marais +á Walungu
Creusement du canal de drainage

les hommes et les femmes travaillent d+®j+á ensemble pour la multiplication des bananiers sains SAM_2667

SAM_2766 SAM_2761 SAM_2769

SAM_2266

Toutes et tous prennent part = participent à la réalisation du projet commun
et recevront leur part du résultat/bénéfice de l'oeuvre commune  

Les b+®n+®ficiaires visites les haricots, tomates, choux et oignons dans le marais +á Walungu

 SAM_2753 SAM_2758

SAM_2770 SAM_2777
L'union fait la force ! et tout est plus facile quand on n'est pas seul(e)...

Amenagement des sources d'eau +á Walungu SAM_1777

SAM_1782 SAM_1971
L'eau, source de vie... l'eau propre, source de santé

Construction des la trines publique dans les +®coles +á Walungu vue de derierre latrine ciherano
Des latrines selon les normes

Multiplication des panaiers sains pepini+¿res pour le reboisement +á Walungu

SAM_2339 SAM_2340

SAM_2402 SAM_2417

SAM_2403 SAM_2409

SAM_2665 SAM_2719
Une terre riche + chaleur et soleil + une bonne irrigation + (et surtout) le travail des hommes
= récolte en abondance !
= fierté et plus grande confiance en soi pour tous ceux qui ont contribué à ce magnifique résultat

 


 

Posté par icodi_master à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 août 2013

Projet "genre", projet modèle ?

  ICODI ASBL - Projet "Genre" (3)

 

Le dynamisme de l'ASBL ICODI, active principalement dans le Sud-Kivu, et les résultats très encourageants qu'elle a obtenus sont dignes de susciter l'intérêt de tous ceux qui s'impliquent dans le développement de la Région et qui sont concernés par la problématique du genre.

C'est ainsi que méthodes et résultats ont retenu l'attention de Maxence, un jeune ingénieur belge, en mission à Bukavu et à Idjwi de novembre 2012 à fin janvier 2013. Guidé par Alain et d'autres responsables d'Icodi, il a pu visiter sur le terrain (à proximité de Kavumu) 3 actions-pilotes en ayant aussi une rencontre avec les éleveurs-producteurs locaux. La conclusion de Maxence est très positive : "Ce sont vraiment de beaux projets -qui se cherchent encore un peu- mais qui sont déjà très matures".

Compte-rendu de la visite de Maxence :

DSCN0446r
Les responsables d'ICODI et les riziculteurs expliquent à Maxence leurs techniques de culture et les difficultés rencontrées 

VISITE GUIDEE DES ACTIONS D’ICODI A KARHANDA, BUSHUMBA ET UNE PARTIE DE NYACIBAMBA,
DANS LE TERRITOIRE DE KABARE

DSCN0415r
Les responsables d'Icodi encadrent Maxence

Le 26 janvier 2013, ICODI a reçu Maxence en visite au Sud-Kivu. La visite a commencé par le petit bureau d’ICODI à KARHANDA où il a été accueilli par le coordinateur adjoint d’ICODI et le chargé de programme adjoint qui lui ont fait un bref historique de l’organisation. Ensuite, la visite guidée l'a amené à visiter trois types d'actions menées dans la région, en rencontrant les acteurs sur terrain qui lui ont expliqué ce qu'ils faisaient déjà avec l'aide d'Icodi, les résultats déjà obtenus, les difficultés rencontrées et les conditions d'amélioration de leurs activités.

Les femmes éleveurs de chèvres :
D'abord, il a eu un entretien avec le Comité des femmes éleveurs de chèvres. Ces femmes sont au nombre de 60. Elles avaient reçu d’ICODI 30 chèvres dans le cadre d'un crédit rotatif en nature. Le principe est le suivant : après 6 mois, dès que la chèvre a un chevreau, le chevreau  doit être remis à une autre femme. Grâce à cela, elles arrivent aujourd’hui à subvenir à certains besoins au sein de leurs ménages. Lorsqu'elles ont des difficultés, ce commerce les aide à relever ces défis. Néanmoins, elles ont toujours un problème : elles ne savent pas contracter de crédit au niveau des IMF (Institution de Micro Finance) car celles-ci appliquent un taux d'intérêt de 3%, bien trop élevé pour leurs possibilités. Après différentes questions posées à ces femmes, on a compris qu’elles ont souvent besoin pour relancer un petit commerce d’un montant évalué entre 250 et 300 $ à un taux de 1% et remboursable après 6 mois. Mais, jusqu'ici, ICODI ne parvient pas à les aider en cela car dans la zone on ne trouve pas une IMF qui accepte ce genre de client sans garantie.

DSCN0416r DSCN0405r

DSCN0417r DSCN0458r
Rencontre avec les éleveurs et visite du cheptel

Les éleveurs de vaches :
Visite des éleveurs de vaches qu’ICODI encadre. Les formations assurées par ICODI permettent aux éleveurs de prendre bien soin de leurs vaches. C'est ainsi qu'ils ont aujourd’hui pris l'habitude de traiter les maladies de leurs vaches en utilisant les produits phytosanitaires. Pour avoir accès à ces produits les éleveurs cotisent par vache. Pour eux la pratique est bonne mais coûteuse principalement parce que les vaches ne produisent pas assez de lait, ni de viande. Ces éleveurs paysans ne disposent que de vachesz d'anciennes races. Ils éprouvent le vœu d’avoir même accès à des vaches des races améliorées  pour qu’ICODI facilite qu’il y ait accouplement afin d’avoir les vaches hybrides,  et voir la quantité de lait s’accroitre pour que leurs activités soit quand même rentable. Mais aussi, ils ont besoin d’avoir des séances de formations avec le vétérinaire, avoir des appareils comme : la pèse, thermomètre  pour prélever la fière, les pulvérisateurs  et la construction d’un hangar  où faire le traitement de leurs vaches. Il faut dire que les vaches des races améliorées coutent chères en OUGANDA entre 2500 et 3000 $. Une question que les éleveurs nous ont posée : comment avoir juste un taureau pour toute la communauté ? Enfin, ils ont aussi besoin d’avoir des crédits pour un fond de roulement.

 

DSCN0427r DSCN0428r

DSCN0438r DSCN0452r
Parcours des rizières

DSCN0462r
Décortiqueuse

 

La riziculture :
Nous avons ensuite visité les riziculteurs qu’encadre ICODI vers NYACIBAMBA dans le groupement de BUGORHE à KABARE. La culture du riz est très rentable car c'est une innovation introduite par l’Université Catholique de Bukavu dans la zone. Mais cette culture exige d’avoir assez de moyens... ce que les riziculteurs n’ont pas. Il faut dire que le drainage n’est pas une chose facile : c'est une activité qui demande une main d’œuvre significative. Pour que l’activité soit rentable, les riziculteurs souhaitent avoir accès au crédit et un appui en médicament contre la malaria car ils sont plus piqués par des moustiques. La grande difficulté est que la décortiqueuse est déjà en panne. Une question de leur part : comment faire pour avoir même des décortiqueuses de seconde main et qui viennent de l’Europe surtout que celle que nous utilisions est de la marque chinoise et donc, sans endurance ?

N.B : Maxence n’a pas eu la possibilité de visiter d’autres axes où les bénéficiaires des actions d’ICODI cultivent  les choux, oignons, haricot, mais en passant il a quand même vu les champs de tomates. Pour le territoire de WALUNGU, il n'a pas été possible d'y aller au moment de sa visite suite à la situation d’insécurité qui y règne et qui est occasionnée par les FDLR rwandais et le RAIYA MUTOMBOKI congolais.


 

Posté par icodi_master à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2012

Sensibilisation - Moyens d'action

Moyens d'action utilisés pour la sensibilisation

DSC04007_680

Les photos ci-dessous illustrent quelques-uns des moyens utilisés par ICODI, lors des séances éducatives, pour la sensibilisation par l'image de la population. Ces moyens sont adaptés aux différents problèmes auxquels cette population est confrontée : santé, genre, éducation, ... Au fil du temps, le Blog ICODI traitera plus en détail tous ces sujets, mais voici déjà un aperçu général...


1° - La boite à images

Peu onéreuse et particulièrement bien adaptée aux conditions locales en RDC (absence d'électricité dans la plupart des villages...), la boite à images permet de véhiculer partout des messages dans les domaines les plus divers. L'impact de ces messages dépend essentiellement du commentaire que le "moniteur-formateur" associera aux images présentées.

ICODI forme ses cadres à cet effet :

 

DSC01069

DSC01297a

DSC01142
Ci-dessus : les groupes de travail se réunissent et analysent les illustrations de la boite à image.

DSC01111a

DSC01152

De jeunes candidates-monitrices s'entraînent à commenter les images

 2° - Projection de vidéos

Une séance de projection de films touche naturellement un public très nombreux : les séances de cinéma dans les villages restent des événements et attirent donc un vaste public. Par contre, les sujets éducatifs traités en vidéo ou sur DVD restent encore peu nombreux. Très rares sont ceux "doublés" en langue locale.

DSC02019

DSC02040

DSC02191

On vient de loin pour assister à une séance de cinéma...

 3° - Le théâtre participatif

Moyen privilégié de communication, le théâtre participatif (et interactif) est le moyen le plus "social" pour faire passer des messages. Il nécessite de nombreux "acteurs" de bonne volonté pour tenir les rôles les plus variés. Heureusement, on n'en manque jamais en RDC... !

 

DSC01329 DSC01333

DSC03859 DSC03868

*

*    *

Toutes ces actions de sensibilation des populations impliquent d'aller au devant d'elles... Et en RDC, c'est bien connu !, les chemins ne sont pas toujours très confortables... Voici quelques images qui montrent les courageux membres d'ICODI se rendant à la rencontre de leur prochain...

 

DSC02587 DSC02612

 

A suivre !


 

Posté par icodi_master à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2012

2012 - février à mai - Réalisations

Acquis de février à mai 2012

Territoire de Walungu et Ville de Bukavu

Programme Genre

(cliquer sur les images pour agrandir)

Page_00

Page_01

Page_02

Page_03

Page_04

Page_05

Page_06

Page_07

Page_08

Page_09


 

Posté par icodi_master à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 août 2012

2011 - 4ème trimestre - Réalisations

Acquis du 4ème trimestre 2011

Programme Genre

Territoire de Kabare et Kalehe

Page_00_a

Pour lire le rapport complet au format .PDF, cliquer sur le lien :
RAPPORT_DES_ACQUIS_DU_QUATRIEME_TRIMESTRE

Page_07


 

Posté par icodi_master à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2012

STATUTS D'ICODI ASBL

Règlement d'Ordre Intérieur

Photo 001 Photo 002 Photo 003 Photo 004


STATUTS

Photo 008 Photo 009 Photo 010 Photo 011

Photo 012 Photo 013 Photo 014 Photo 015

Photo 016 Photo 017 Photo 018


 

Certificat de dépôt

 

Photo


 

 

Posté par icodi_master à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]